Archives de Catégorie: Entrepreneuriat

La vidéo bonus d’Entrepreneurship World Tour !

Histoire d’un entrepreneur devenu Maitre d’Enseignement à HEC Montréal

Si vous aimez qu’on vous parle d’entrepreneuriat un peu différemment, vous devez absolument regarder cette vidéo !

A 11 ans en jouant aux billes ou à 15 ans en cueillant des fraises, Claude Ananou était déjà entrepreneur… Déjà l’histoire n’est pas banale !

Il a créé une douzaine d’entreprises dans sa vie, dans des domaines différents, dans des endroits différents.
Il aime vendre et analyser le besoin, deux éléments clés dans la création d’entreprise malgré leur complexité, notamment celle de la compréhension du besoin.

Claude Ananou partage sa vision de l’entrepreneuriat et de nombreux conseils pour se lancer. C’est une mission qu’il s’est donnée : faire la promotion de l’esprit d’entreprendre (plutôt que d’expliquer comment entreprendre), en utilisant son fameux GBS… son Gros Bon Sens !

Il vous expose les 6 éléments par rapport auxquels il faut se positionner et en fonction desquels il faut évaluer notre sensibilité … pour ensuite se lancer en toute sérénité !

A ceux qui se posent des questions sur l’entrepreneuriat, sur le fait d’entreprendre… Cette vidéo est faite pour vous !!

« Je n’ai jamais pris de risques dans ma vie. Un entrepreneur est une personne qui va analyser ce qu’il est prêt à perdre. Ensuite tout va bien, il est prêt à le perdre. »

« L’homme nait entrepreneur, c’est la société qui le bureaucratise. »

Pour en savoir plus, découvrez son livre :

réussir

 

Et découvrez également l’interview exceptionnelle de Louis-Jacques Filion (co-auteur de ce livre) réalisée par Entrepreneurship World Tour : Louis-Jacques Filion – HEC Montréal

Entreprendre en Amérique du Sud

Diapositive1

Ah l’Amérique du Sud… elle fait peur, elle attire, elle fascine…

On la voit souvent comme une terre d’aventures pour y voyager, mais…

A-t-on réellement conscience de son potentiel entrepreneurial ??

 

 

Si le Chili est le pays le plus stable mais très étroit, l’Argentine est un pays cyclique qui connait de nouvelles difficultés, le monstre brésilien impressionne et il n’est pas facile à apprivoiser, la Colombie souffre toujours d’une mauvaise image, le Pérou ne parait pas suffisamment développé pour y faire du business… On pourrait croire à des stéréotypes, c’est pourtant la réalité. En tout cas vu de France.

S’il est vrai que les administrations y sont lourdes, que certaines règles s’inventent tous les jours, que ce sont des pays « compliqués »… finalement, ils ne le sont pas plus que d’autres comme l’Inde, la Chine… même le Québec sur certains aspects !

Chaque pays a ses contraintes, ses difficultés… dans tous les cas il appartient aux entrepreneurs expatriés de s’adapter, quoiqu’il arrive, où qu’ils soient. Et pour cela, l’Amérique du Sud est une formidable école d’entrepreneuriat !

Surtout, ce qui est marquant c’est l’état d’esprit qui y règne… Le Brésil est une terre d’entrepreneuriat, le dynamisme de la Colombie et du Pérou attire les plus gros investissements étrangers… A baigner dans de tels environnements dynamiques et bouillonnants, il est très difficile de résister à la grande tentation d’entreprendre.

Ce qui m’a le plus fasciné, c’est que les entrepreneurs me racontaient leurs difficultés, et j’imaginais à quel point cela devait être compliqué pour eux… et pourtant, ils finissaient toujours leur récit par « mais je n’aurais jamais pu faire ça en France ». Comme quoi, au-delà de toutes les contraintes qui peuvent exister, le plus important reste l’état d’esprit qui règne dans un pays, et qui est la principale source de motivation pour les entrepreneurs.

Découvrez l’entrepreneuriat en Amérique du Sud à travers les interviews des entrepreneurs !

Buen viaje !

Entreprendre en Chine

Pourquoi la Chine attire autant les entrepreneurs ? Pourquoi d’un autre côté fait-elle encore si peur ? D’ailleurs, est-ce que le fait d’en avoir peur a encore du sens aujourd’hui ?

Chaque entrepreneur répondra à ces questions dans son interview, et je vous invite à les écouter car les visions des choses peuvent être très différentes.
Mais certains points communs ressortent, en voici un bref résumé, pour vous mettre dans l’ambiance chinoise avant de regarder les vidéos.

Pour commencer par les points positifs, la Chine est (ce n’est plus un scoop), un pays en pleine croissance. Qu’est-ce que cela signifie pour un entrepreneur ? Que c’est un pays d’opportunités, où il existe un dynamisme qui donne des ailes et qui fait que nous aussi, on veut monter dans le train. Et ça tombe bien, tout le monde a sa chance ! Même si en Chine comme ailleurs on ne peut faire abstraction des règles de base qui sont avoir un projet solide et une forte envie de le développer. Car comme partout, il faudra du courage à l’entrepreneur pour arriver à ses fins. En plus des difficultés habituelles liées à l’entrepreneuriat, la Chine est un pays où la concurrence est immense, et les barrières culturelles y sont fortes. Au-delà de la langue, les hommes de l’empire du milieu ont pour culture le bénéfice à court terme, qui peut être surprenante, et ont besoin de montrer rapidement leur réussite. Car là-bas, le bonheur passe par la possession. Mais les entrepreneurs interviewés nous ont montré qu’ils ont parfaitement su s’y adapter et qu’ils s’y sentent très bien.

En tout cas, pendant que nous, nous sommes en train de nous poser des questions sur nos business plans, les chinois ont déjà pris l’idée pour en faire quelque chose. Ce ne sera peut-être pas à très long terme, mais n’empêche qu’ils seront passés à l’action.

Alors un conseil aux entrepreneurs qui se posent la question, allez-y ! Allez voir, allez comprendre, c’est essentiel pour pouvoir s’adapter plutôt que subir. C’est un pays extrêmement passionnant, et le moins que l’on puisse dire, surprenant !
Si vous n’êtes pas encore convaincus, rien ne vaut un discours d’entrepreneur, alors écoutez ces témoignages !

Entreprendre au Maroc

« Ah bon ?? Tu pars en vacances ?? », a été la réponse systématique que j’ai eue quand je disais que ma prochaine destination était le Maroc… quel dommage ! Surtout quand on voit le potentiel de développement qui existe là-bas et les valeurs entrepreneuriales ! Les entreprises françaises commencent à y retourner ? Elles ont bien raison !
Tous les entrepreneurs interviewés vous diront que certes il y a quelques règles à respecter (comme partout) mais que pour eux le choix du Maroc a été déterminant dans leur développement. Ils y trouvent une main d’œuvre très compétente dans les domaines technologiques, déterminée à s’en sortir. Le pays a connu un développement extraordinaire ces 10 dernières années. Véritable porte d’entrée vers le marché de l’Afrique et proche de la France, le Maroc est une belle opportunité de développement pour les entreprises françaises.

Entreprendre au Québec

En complément des vidéos, voici quelques mots sur l’entrepreneuriat vu par les québécois.
Québec est une terre réputée entrepreneuriale… En effet, il existe beaucoup de soutien au niveau de l’entrepreneuriat, à travers des organismes, des lois, des écoles, etc.. Mais plus que tous les soutiens, on y trouve un état d’esprit, un vrai ! Vous le verrez dans les vidéos, tous vous disent qu’au delà de la tâche d’entreprendre en soit avec toutes les difficultés qu’elle comporte, il est « facile d’entreprendre au Québec ».

Attention en revanche. Si de nombreux critères sont réunis pour nous donner envie d’entreprendre là-bas, il ne faut pas pour autant arriver en territoire conquis et penser que la tâche va être simple car on y parle français… On vous le rappelle dans les vidéos, ce n’est pas parce que la langue est proche de la nôtre, (elle peut d’ailleurs être bien différente parfois), que la culture n’y est pas totalement différente ! Alors comme dans tous les autres pays, il faudra s’adapter…

Mais pour les points positifs à retenir, entreprendre au Québec c’est un peu comme en Californie, on retrouve cet esprit où tout le monde a sa chance, peu importe la formation que vous avez, peu importe ce que vous avez fait avant, ce qui est important, c’est vous, et votre projet !

Pour qualifier l’entrepreneuriat au Québec, il est indispensable de parler du fameux « réseautage ». Là-bas, il est facile de rencontrer des gens, et pour preuve, tout est fait autour de ça. On citera par exemple le traditionnel « 5à7 ». Petit conseil des québécois par rapport à ce réseautage: faire preuve d’ouverture ! Et pour illustrer cela, voici la théorie du verre à moitié plein:

Quand vous réseautez, il faut avoir le verre à moitié plein pour avoir quelque chose à offrir, et le verre à moitié vide pour pouvoir recevoir…

Certains diront que c’est « utopiste », ce à quoi nous répondrons : « peut-être en France, mais au Québec, ça marche tous les jours comme ça ! »

On ajoutera à cela des niveaux hiérarchiques moindres, une proximité impressionnante, sûrement due au tutoiement qui est de rigueur. Deux citations typiques:

« Donnez, donnez, donnez, puis ensuite vous recevrez… »

« Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin »

On lisant tout cela, on comprend pourquoi nos entrepreneurs français restent là-bas… mais soyons un peu optimistes, et espérons que ces bonnes pratiques arriveront un jour à traverser l’Atlantique… quand on y réfléchit, c’est juste un retour à un peu de simplicité ! Et puis après tout, on est cousins !!

Rencontre exceptionnelle avec Louis Jacques Filion d’HEC Montréal

Après la Californie, direction le Canada, et plus particulièrement le Québec. Vous pourrez retrouver toutes les interviews réalisées avec des centres entrepreneuriaux de Grandes Universités internationales, mais il était impossible de ne pas publier dans les actus l’interview exceptionnelle réalisée en compagnie de Louis-Jacques Filion, directeur de la Chaire Entrepreneuriale d’HEC Montréal. Sa vision de l’entrepreneuriat est vraiment passionnante, on pourrait écrire tout son discours sous forme de citations, alors nous vous invitons plutôt à l’écouter, tout simplement:

« L’entrepreneuriat est la plus grande ressource naturelle et la plus grande richesse de toutes les sociétés, et pourtant, c’est la moins exploitée »

« L’entrepreneuriat est une fleur, et ça se cultive de façon permanente »