Archives Mensuelles: juillet 2013

Welcome !

A tous les premiers visiteurs de ce blog, à ceux qui le redécouvrent ou ceux qui le connaissent déjà par cœur, je vous souhaite la bienvenue.

Les vidéos que vous découvrirez sur le blog d’Entrepreneurship World Tour ont pour objectif de vous faire partager les histoires incroyables d’entrepreneurs français qui se sont lancés à l’international… Découvrez leurs histoires, écoutez leurs conseils, imprégnez-vous de leur expérience, voyagez à travers leurs aventures…… Inspirez-vous ! Tout simplement !

Vous n’avez pas le temps de regarder les vidéos ? Prenez au moins quelques minutes pour parcourir les textes et les conseils écrits. Ces témoignages viennent de loin, et sont pour vous… alors profitez-en !

Diapositive1

Publicités

La vidéo bonus d’Entrepreneurship World Tour !

Histoire d’un entrepreneur devenu Maitre d’Enseignement à HEC Montréal

Si vous aimez qu’on vous parle d’entrepreneuriat un peu différemment, vous devez absolument regarder cette vidéo !

A 11 ans en jouant aux billes ou à 15 ans en cueillant des fraises, Claude Ananou était déjà entrepreneur… Déjà l’histoire n’est pas banale !

Il a créé une douzaine d’entreprises dans sa vie, dans des domaines différents, dans des endroits différents.
Il aime vendre et analyser le besoin, deux éléments clés dans la création d’entreprise malgré leur complexité, notamment celle de la compréhension du besoin.

Claude Ananou partage sa vision de l’entrepreneuriat et de nombreux conseils pour se lancer. C’est une mission qu’il s’est donnée : faire la promotion de l’esprit d’entreprendre (plutôt que d’expliquer comment entreprendre), en utilisant son fameux GBS… son Gros Bon Sens !

Il vous expose les 6 éléments par rapport auxquels il faut se positionner et en fonction desquels il faut évaluer notre sensibilité … pour ensuite se lancer en toute sérénité !

A ceux qui se posent des questions sur l’entrepreneuriat, sur le fait d’entreprendre… Cette vidéo est faite pour vous !!

« Je n’ai jamais pris de risques dans ma vie. Un entrepreneur est une personne qui va analyser ce qu’il est prêt à perdre. Ensuite tout va bien, il est prêt à le perdre. »

« L’homme nait entrepreneur, c’est la société qui le bureaucratise. »

Pour en savoir plus, découvrez son livre :

réussir

 

Et découvrez également l’interview exceptionnelle de Louis-Jacques Filion (co-auteur de ce livre) réalisée par Entrepreneurship World Tour : Louis-Jacques Filion – HEC Montréal

Entreprendre en Amérique du Sud

Diapositive1

Ah l’Amérique du Sud… elle fait peur, elle attire, elle fascine…

On la voit souvent comme une terre d’aventures pour y voyager, mais…

A-t-on réellement conscience de son potentiel entrepreneurial ??

 

 

Si le Chili est le pays le plus stable mais très étroit, l’Argentine est un pays cyclique qui connait de nouvelles difficultés, le monstre brésilien impressionne et il n’est pas facile à apprivoiser, la Colombie souffre toujours d’une mauvaise image, le Pérou ne parait pas suffisamment développé pour y faire du business… On pourrait croire à des stéréotypes, c’est pourtant la réalité. En tout cas vu de France.

S’il est vrai que les administrations y sont lourdes, que certaines règles s’inventent tous les jours, que ce sont des pays « compliqués »… finalement, ils ne le sont pas plus que d’autres comme l’Inde, la Chine… même le Québec sur certains aspects !

Chaque pays a ses contraintes, ses difficultés… dans tous les cas il appartient aux entrepreneurs expatriés de s’adapter, quoiqu’il arrive, où qu’ils soient. Et pour cela, l’Amérique du Sud est une formidable école d’entrepreneuriat !

Surtout, ce qui est marquant c’est l’état d’esprit qui y règne… Le Brésil est une terre d’entrepreneuriat, le dynamisme de la Colombie et du Pérou attire les plus gros investissements étrangers… A baigner dans de tels environnements dynamiques et bouillonnants, il est très difficile de résister à la grande tentation d’entreprendre.

Ce qui m’a le plus fasciné, c’est que les entrepreneurs me racontaient leurs difficultés, et j’imaginais à quel point cela devait être compliqué pour eux… et pourtant, ils finissaient toujours leur récit par « mais je n’aurais jamais pu faire ça en France ». Comme quoi, au-delà de toutes les contraintes qui peuvent exister, le plus important reste l’état d’esprit qui règne dans un pays, et qui est la principale source de motivation pour les entrepreneurs.

Découvrez l’entrepreneuriat en Amérique du Sud à travers les interviews des entrepreneurs !

Buen viaje !

Le Brésil : un pays d’entrepreneurs !

Histoire de deux jeunes femmes qui ont découvert leur vocation d’entrepreneuses au Brésil

Alexandrine a été « piquée par le vice de l’entrepreneuriat » en étant au Brésil. Elle a commencé à monter des cours de langues pour des étudiants portugais qui voulaient aller en France, en autonome, avec zéro capital. Comme « tout seul on ne va pas très loin et que 1+1 = 3 », elle s’est ensuite associée avec Pauline, qui elle avait une formation de juriste, bien loin du monde de la formation. Ensemble, elles ont créé l’IFESP, un Institut de formation intensive en français et en portugais. En parallèle, elles ont également réalisé un investissement dans le marketing digital avec la création de trois blogs, dont « My little Brazil ».

Pas parties pour entreprendre au départ, elles ont découvert le Brésil comme un pays d’entrepreneurs. En effet, le dynamisme, l’énergie et la motivation qui y règnent donnent envie de se lancer, et favorisent l’envie d’entreprendre.
Même s’il y a beaucoup de formalités au Brésil, et que le portugais peut être une barrière, un positionnement sur une niche peut représenter un marché énorme, et il y a finalement peu de concurrence. Si on fait bien son job et qu’on travaille dur, on voit vite le retour.

Pour Pauline et Alexandrine, c’est un formidable « laboratoires d’expériences », même quand on arrive comme non-entrepreneur.

« On apprend en faisant. Il faut avant tout y croire. »

« La 1ère question à se poser c’est ce qu’on aime faire, ce qui nous fait triper. »

« Un entrepreneur qui n’a pas échoué ça n’existe pas, il faut juste savoir le reconnaître et aller au-delà. »

IFESPInstitut de formation linguistique

Tout savoir sur l’entreprise : www.ifesp.com.br

ifesp

La dermo-cosmétique à la brésilienne

Histoire d’un entrepreneur qui a attendu 25 ans avant de réaliser son rêve

Malgré des études en entrepreneuriat, Joel Ponte a eu un parcours dans des grands groupes, dans différents pays. C’est finalement au bout de 25 ans qu’il a décidé de revenir à son 1er amour pour créer son entreprise de dermo-cosmétique au Brésil, et a fait le grand saut.

Entreprendre tout de suite ou gagner en expérience d’abord, telle est l’éternelle question. Selon Joel, les grands groupes peuvent faire perdre la notion du temps, et on le sait, le temps passe vite… si l’expérience et le réseau acquis sont incontestablement déterminants, il est vrai aussi que plus on attend, plus le risque est important.
Bref, il n’y a pas de vérité, mais selon lui le plus tôt sera le mieux !

Entreprendre a été pour Joel une véritable construction personnelle, une façon d’assumer ses responsabilités, face à ses qualités et ses défauts. Il nous rappelle qu’il est important de ne pas se dévaloriser par rapport à des échecs, et conseille d’envisager l’échec comme un scénario possible.

Le Brésil est un pays neuf et à potentiel de croissance énorme, avec des brésiliens très ouverts, curieux et sensibles à la nouveauté. Même si bien évidemment, il y a la lourdeur du temps et la complexité de l’administration et des coûts qui peuvent freiner des développements.

« Développer un projet avec beaucoup d’adrénaline construit personnellement »

« Trop attendre, c’est un risque de ne jamais entreprendre »

PuraInovaDermo-cosmétique

Tout savoir sur l’entreprise : www.purainova.com.br

purainova

Le consulting brésilien

Histoire d’un consultant devenu entrepreneur au Brésil

Fils d’expatrié, Frédéric Donier a vécu de nombreuses années à l’étranger, dont au Brésil.
Ingénieur de formation, puis spécialisé en finance, coaching et intelligence économique compétitive, il a travaillé dans le conseil pendant 18 ans, d’abord dans un groupe, puis ensuite dans le cadre de son propre cabinet, Crescendo.
Cette expérience lui a permis de construire son réseau professionnel, ce qui est un point fort pour démarrer une activité au Brésil.

Ce qui lui a plu dans ce pays, c’est sa beauté, l’accueil des gens, l’espace professionnel… tout ce qui en fait un pays très attirant, riche et divers. Mais pour l’approcher, il faut investir du temps pour bien le connaître et opter plutôt pour une vision à long terme.

L’entrepreneuriat est très développé au Brésil, mais il ne faut pas oublier qu’il est souvent par nécessité, même si l’entrepreneuriat par vocation grandit.

Frédéric Donier partage avec nous sa vision du pays et de nombreux conseils pour une approche réussie.

« Ne pas s’improviser entrepreneur au Brésil, il faut se préparer. »

« L’entrepreneuriat est un moteur de motivation ! »

CrescendoConsulting

Tout savoir sur l’entreprise : www.crescendo-consult.com

Le marketing digital au Brésil

Histoire d’un entrepreneur qui vit au Brésil depuis plus de 10 ans

Comment en arrive-t-on à s’expatrier au Brésil pour entreprendre ? Pour Cédric, cela a été assez simple en fait, c’était sur un « coup de tête » face à l’ennui et à la routine de son job de conseil et d’audit à Paris. Puis une fois sur place, il s’est laissé charmer par le peuple brésilien, et a pour l’instant bien l’intention d’y rester encore.

Selon Cédric, pour entreprendre il faut avoir envie de sortir du cadre, mais surtout, tout est question de rencontres. Lui a rencontré un entrepreneur en France, et ils ont décidé d’initier le projet au Brésil. Ils accompagnent et soutiennent des entrepreneurs dans le marketing digital.
Leur vision : ce sont des hommes qui sont derrière les projets. Ce sont donc les personnalités des futurs entrepreneurs qui les intéressent, plus que la rentabilité. Car entre le projet initial et le projet final tout change, et c’est bien le porteur de projet qui fait évoluer les choses.

Cédric partage avec nous une excellente analyse des visions de l’entrepreneuriat brésilien par rapport à notre vision française, et de très bons conseils aux futurs entrepreneurs.

« Mieux vaut réfléchir à qu’on a vraiment envie de faire plutôt qu’à un plan de carrière. »

« Si on ne s’amuse pas dans ce qu’on fait, il ne faut pas le faire. Il faut être enthousiaste et fun. »

Lead Media GroupIntelligent Data Marketing

Tout savoir sur l’entreprise : www.leadmedia-group.com

lead